Il existe dans un département du sud de la France, des gisements d’asphalte qui furent exploités jusque très récemment en mines souterraines. L’asphalte est une roche sédimentaire, généralement calcaire, imprégnée de bitume (hydrocarbures), qui s’est formé sous l’effet de la compression de ces deux matériaux. La teneur en bitume varie le plus souvent entre 7 et 13% environ.
Dès le troisième millénaire avant Jésus-Christ, les civilisations les plus anciennes ont eu recours, de façon intensive, à l’asphalte naturel pour assembler ou jointoyer les matériaux les plus divers : pierres, terre cuite, bois, chanvre…

L’utilisation de l’asphalte s’est généralisée en l’Europe de l’Ouest à partir du XVIIIe siècle avec la découverte de gisements importants, notamment en Suisse et en France. Son emploi sous la forme actuelle d’asphalte coulé, s’est développé à partir du XIXe siècle. En effet, la poudre issue du minerai d’asphalte donne, par élévation de température, un mastic ayant la propriété, dès refroidissement, d’être étanche dans la masse, mécaniquement résistant, et peu sensible au vieillissement.
Ce produit, tout à fait adapté aux besoins créés par l’essor industriel des XIXe et XXe siècles, est alors employé pour les étanchéités de bâtiment et d’ouvrages de génie civil, ainsi que pour la réalisation de voiries particulièrement robustes.

_DSC0629_DSC0417_DSC0407_DSC0409_DSC0416_DSC0405_DSC0623_DSC0400_DSC0398_DSC0391_DSC0436_DSC0390_DSC0433_DSC0413_DSC0388_DSC0624_DSC0406_DSC0403_DSC0429_DSC0428_DSC0425_DSC0419_DSC0631_DSC0633

Publicités