Ce sanatorium est à l’origine destinés à accueillir des enfants ou des adolescents dans des conditions intermédiaires entre celles des colonies de vacances, des préventoriums et des écoles de plein air.

En France, des arrêtés ministériels ont réglementé la durée des séjours de convalescence et les affections médicales et chirurgicales concernées, de même que les catégories d’enfants à risques tuberculiniques pouvant bénéficier de cette structure.

« Un préventorium »

Dans l’entre-deux-guerres, la fédération comptabilise en effet cinq créations ou reprises de préventoriums.
Le fonctionnement de ces établissements est finalement très proche des écoles de plein air, tellement proche même que les appellations se chevauchent et que les centres sont aussi reconditionnés en colonies de vacances pendant la durée des congés.

Si l’accent est mis sur la collaboration d’une équipe médicale, souvent extérieure, la direction des préventoriums est toujours confiée à des instituteurs souvent même des couples d’instituteurs à la retraite qui reprenne du service, en se faisant aider par des jeunes normaliens(nes) qui viennent y faire leurs premières armes.
La décision de conserver le statut de préventorium pour certains centres n’est cependant pas fortuite, les AD et la Fédération optent par là même pour une stratégie de financement bien déterminée.

En choisissant le label préventorium, elles espèrent en effet obtenir une reconnaissance et des appuis conséquents du nouveau ministère de la santé.
Alors que certains administrateurs manifestent leurs inquiétudes face à ce changement d’appellation : « que les parents qui envoient leurs enfants s’inquiètent; que les assurances sociales participent peu ou n’envoient que leurs pré-turber-culeux, que cela nuise au recrutement des colonis de vacances… »

Si les préventoriums sont donc très fortement apparantés aux autres initiatives de plein air impulsées par les AD, en revanche la Fédération s’investit dans une entreprise relevant plus directement du sanitaire.
La mobilisation de la Fédération est cependant suffisamment efficace pour que, dès l’année suivante, l’établissement compte une centaine de malades, et soit rempli entre 1920 et 1930.

Dans la présentation détaillée du sanatorium, qui figure en fin du bulletin vers 1930, un chapitre est ainsi consacré à l’enseignement précisant que contrairement à d’autres établissements du même type : L’école compte actuellement 63 élèves, dont 36 couchés et 27 marchants. Les élèves couchés sont groupés chaque matin par niveau intellectuel sur la galerie ou dans le dortoir en cas de mauvais temps : l’institutrice leur consacre sa matinée, faisant surtout avec eux de l’enseignement oral.
Les élèves marchants, divisés en cours moyen et en cours élémentaire, reçoivent successivement l’enseignement de 15h à 17h30 dans une classe modèle.
Nous avons fait confectionner 30 tables individuelles et 30 sièges portatifs, solides et légers, qui pendant la belle saison sont transportés sous les pins et constituent une classe de plein air…

Lors de notre visite on a remarqué sur presque toutes les pièces des mises en scène dont une avec une chaise sur un pentacle!!!

Le pentagramme est une étoile insérée dans un cercle. Il a souvent été utilisé lors de rituels magiques depuis les débuts de l’ère chrétienne. Il existe deux types de pentagramme : le pentagramme droit qui est censé être neutre ou positif; il symbolise la vie, la beauté, la perfection. Le deuxième type est le pentagramme renversé, la pointe de l’étoile vers le bas ; il possède une connotation négative, maléfique, diabolique. Le pentagramme représente aussi les cinq plaies du Christ, lorsqu’il est a l’envers il représente aussi une parodie de la religion chrétienne comme la croix renversée…

Pourquoi de telle mise en scène + les taches de sang!
je crois qu’on le sera jamais.

_DSC1451_DSC1454_DSC1455_DSC1458_DSC1459_DSC1463_DSC1468_DSC1462_DSC1469_DSC1471_DSC1478_DSC1472_DSC1460_DSC1466_DSC1480_DSC1515_DSC1512_DSC1514_DSC1567_DSC1566_DSC1561_DSC1552_DSC1554_DSC1550_DSC1547_DSC1516_DSC1517_DSC1521_DSC1495_DSC1496_DSC1617_DSC1616_DSC1613_DSC1612_DSC1611_DSC1608_DSC1606_DSC1604_DSC1572_DSC1577_DSC1578_DSC1584_DSC1587_DSC1596_DSC1601_DSC1571_DSC1590_DSC1565_DSC1592_DSC1560_DSC1585_DSC1556_DSC1532_DSC1529_DSC1528_DSC1534_DSC1537_DSC1523_DSC1527_DSC1541_DSC1518_DSC1615_DSC1614_DSC1605_DSC1576_DSC1549_DSC1498_DSC1511_DSC1500_DSC1470_DSC1499

Publicités