L’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs ont été contactée par cet établissement pour l’évacuation de ses déchets radioactifs. Mais le processus serait toujours en cours.

 

Alors que cet établissement est soupçonnée par un journal d’avoir entreposé depuis plusieurs mois des déchets radioactifs dans une des grottes, située sur les flancs de la montagne, l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs sont contactés afin de faire le point sur les procédures d’évacuation des déchets nucléaires.

Des objets anciens… mais dangereux

Chaque année, la société collecte environ 80 tonnes de déchets d’origine non nucléaires. Chaque objet peut contenir plusieurs types de radioéléments ayant une durée de vie variable, pouvant aller de 35 à 300 ans… « Chez les particuliers, nous récupérons encore beaucoup d’objets anciens à base d’uranium ou de radium, comme des montres radioluminescentes, des crèmes de soin, des paratonnerres avec des sources radioactives ou des pastilles de radium qui servaient à enrichir l’eau… Parmi nos usagers, nous avons aussi fréquemment des universités, de par leurs activités de recherche qui génèrent des déchets radioactifs »…

Radioactivité : 

NUCLEAIRE – L’affaire avait fait grand bruit. Après avoir annoncé la « décontamination immédiate » d’une parcelle de 20 cm2 d’un chemin menant à l’établissement, ils ont reçu jeudi la visite des inspecteurs de l’Autorité de sûreté nucléaire.

Que sait-on de cette inspection ?

Lorsque l’affaire a été dévoilée dans la presse, l’Autorité de sûreté nucléaire affirme avoir pris les devants en contactant l’établissement pour lui demander de mettre en place trois mesures :

1. Sécuriser la galerie et mettre en place un zonage indiquant la présence de radioactivité

2. Renforcer le gardiennage en permanence

3. Remettre dans un état de radioprotection satisfaisant l’ensemble du terrain

Quelle est la dangerosité des minerais entreposés sur place ?

« D’après nos informations, il ne s’agit pas d’un enjeu majeur puisqu’on serait en présence de minéraux faiblement radioactifs que l’on peut retrouver dans la nature. Mais il est nécessaire que ces matières soient traitées dans les filières adaptées ».

Des déchets radioactifs…

Les déchets radioactifs révélés par un ancien travailleur sous-traitant du nucléaire sur le site de l’ancien établissement, sur les contreforts de la montagne, sont-ils dangereux ? Pour les professionnels, les risques sont minimes.

Ce site n’est pas seulement à l’abandon. Il est aussi contaminé. Et radioactif.

Le vandalisme et le pillage ont en une petite parties, enlevé l’intérêt que pouvait avoir l’endroit…

a1 (1)d1 (5)d1 (4)d1 (3)d1 (2)d1 (1)c1 (5)c1 (4)c1 (3)c1 (2)c1 (1)b1 (9)b1 (8)b1 (7)b1 (6)b1 (5)b1 (4)b1 (3)b1 (2)b1 (1)a1 (15)a1 (14)a1 (13)a1 (12)a1 (11)a1 (10)a1 (9)a1 (8)a1 (7)a1 (6)a1 (5)a1 (4)a1 (3)a1 (2)